Voyage en Guyane
Version française Version espagnole Version anglaise
CULTURE
NATURE
ACTIVITÉS
DIVERS


LE PENITENCIER (OU BAGNE) DE GUYANE

Transport de bagnardsL'idée d'exiler "les parasites de la France" en Amérique Française naît en 1792.
Jusqu'en 1938, ce sont quelques 90000 prisonniers qui seront déportés sur cette terre maudite. Dans un premier temps, les bagnards sont envoyés dans les lieux les plus retirés et les plus insalubres qui soient et sont chargés de l' entretien, de l' hygiène et de la propreté de la ville et des routes.
Mais les pertes enregistrées chez les détenus sont énormes. En 1854, une loi donne lieu à la transportation et quelques années plus tard, en 1858 les autorités fondent le centre de détention de Saint-Laurent-du-Maroni. L'administration pénitentiaire prend une nouvelle dimension et s'organise.
Le domaine du bagne se composait de 4 bâtiments dortoirs de 40 m de long, de 19 prisons, de 77 cellules, d' une infirmerie, de cuisines, d' un pavillon du personnel, d' une briqueterie et de deux jardins potagers.

 L'appel !Corruption et inégalité sociale étaient les bases de l'organisation sociale pénitentiaire. L'argent constituait la solution à tous les problèmes. Il permettait entre autre de recevoir un traitement privilégié et bien moins pénible que le travail en foret. Les maladies, quand à elles, ne cessaient guère de contribuer au malheur des bagnards. La plus répandue et la plus terrible était sans doute le paludisme. La quinine se faisant rare, elle n'était administrée que dans les cas les plus graves, souvent trop tard. Détenus et gardiens enduraient tous sans différence les effets ravageurs de la fièvre paludéenne.


Évasion de bagnardsÉloignée de la mère patrie, l'administration pénitentiaire ne subissait que peu de contraintes et le système, corrompu et souvent inadmissible, pouvait fonctionner sans peine. Pourtant en 1923, les Iles du salut accueillent un journaliste parisien, Albert LONDRES. De retour en métropole, ce dernier se fait l'écho des conditions de vie des bagnards guyanais. Il faudra attendre cependant une quinzaine d'année pour que Gaston MONNERVILLE, alors député de la Guyane parvienne à obtenir progressivement la fermeture du bagne.


CellulesLa déportation cesse mais durant la seconde guerre mondiale, plus de la moitié des détenus meurt de faim ou de la maladie, sous la coupe du tyrannique gouverneur de l'époque, à la solde du régime de Vichy.
Le rapatriement des bagnards s'organise à partir de 1947. La majorité choisit alors de regagner la France mais quelques-uns restent en Guyane. Peut-être en croiserez vous un à Saint-Laurent-du-Maroni ou ils ont élu domicile pour toujours.

Détenus célèbres :
Henri CharriereHenri Charrière dit Papillon : Né le 16 novembre 1906 à Saint-Étienne-de-Lugdarès dans l'Ardèche.Déceède le 29 juillet 1973 à Madrid. C'est lui qui a écrit le livre Papillon. Henri Charrière fut condamné aux travaux forcés à perpétuité au bagne de Guyane après avoir été jugé pour le meurtre de son ami Roland Legrand le 28 octobre 1931, meurtre qu'il a toujours nié.

Alfred DreyfusAlfred Dreyfus : Né à Mulhouse le 9 octobre 1859 - décède à Paris le 12 juillet 1935. Officier français juif d'origine alsacienne, il est Accusé, puis condamné en 1894 pour trahison pour être finalement innocenté en 1906. Il fut au cœur d'un conflit social et politique majeur de la IIIe République, appelé l'Affaire Dreyfus.

Guillaume Seznec
Clément Duval, anarchiste de la bande à Bonnot
Charles Brunier

La nature à reprit le dessus

 


.

accueil | contact | Horizo dans vos favoris | Echange de liens
Copyright © 2001-20
14 Horizo.com - Tous droits réservés.