Voyage au Venezuela
Version française Version espagnole Version anglaise
DIVERS
...
VENEZUELA
Le pétrole


En 1917 la découverte du pétrole au Venezuela, allait faire de ce pays l’un des plus riches d’Amérique latine. Grâce à l’or noir qui jaillissait des puits de Maracaibo, le pays put en quelques années rembourser sa dette envers les britanniques, les allemands et les italiens suite à un blocus de ceux-ci sur les ports vénézuéliens.

Puit de pétroleLe dictateur Juan Vicente Gomez à la tête de l’état sait attirer les investisseur étranger, et très vite Caracas devient un grand centre financier, le lac Maracaibo et la région du Zulia se couvrent de centaines de puits de pétrole. Les communautés présentes sur ces lieux se trouvent alors privées de leurs terres et les champs se transforment en zones très surveillées.

Les recettes ne  profitent guère au peuple et le pays ne progresse ni en matière de santé ou d’éducation, alors qu’une minorité proche du président se met à côtoyer les rois du pétrole au Texas.

La mort de Gomez, en 1935, déclenche des grèves,  jusqu'à la prise du pouvoir par quelques officiers et riches propriétaires. Les coups d’état se succèdent, puis c’est l’arrivée à la présidence du Colonel Pérez Jimenez, qui investit une partie des revenus pétroliers dans le domaine social. Jimenez est à son tour renversé par une bande d’officiers en 1958. Le pays jouit alors d’un régime démocratique et les deux principaux partis démocrates se relaye au pouvoir dans le plus grand calme.

En 1980, les ventes de pétrole représentaient 95% des revenus d’exportation. Mais depuis les crises pétrolières, les vénézuéliens ont été durement frappés. Le 27 février 1989, éclate le Caracazo, trois journée d’émeutes contre la faim et la hausse du prix de l’essence ont font 500 victimes. Les années qui suivent sont marquées par des grèves, des manifestations et des coups d’état. Le 21 mai 1993, Carlos Andrés Perez accusé de corruption doit laisser sa place. En Décembre 93, suite aux élection c’est le retour de Rafael Caldera, mais celui-ci n’a pas réussi à redresser la situation économique. Aujourd'hui, la stabilité du pays est menacée par un déficit budgétaire énorme, le pays est devenu une plaque tournante du trafic de cocaïne, les gouvernements successifs n’ont pas su assurer une autosuffisance alimentaire et nulle part ailleurs en Amérique latine, le contraste entre la richesse et la misère n’est aussi brutal.


.

accueil | contact | Horizo dans vos favoris | Echange de liens
Copyright © 2001-20
17 Horizo.com - Tous droits réservés.